Définitions et discipline

Définition et place de la discipline dans les référentiels

La parasitologie consiste en l’étude des parasites et des maladies parasitaires, divisée en :

  • la parasitologie générale : étude de la taxinomie, de la phylogénie, de la morphologie et de la biologie générale des parasites ;
  • la parasitologie médicale : étude des maladies parasitaires de l’homme et des animaux avec tous leurs aspects : étude du mode d’action pathogène des parasites et des réactions que leur opposent les individus parasités et étude des maladies déterminées par le parasitisme.

La parasitologie vétérinaire se focalise plus particulièrement sur les parasites responsables de maladies ou de pertes économiques chez les animaux de rente ou domestiques, en y ajoutant les maladies parasitaires transmissibles des animaux à l’homme.

L’enseignement de la parasitologie vétérinaire telle qu’elle est définie dans le référentiel de diplôme est un enseignement transversal qui s’inscrit dans plusieurs axes d’enseignement. On retrouve cet enseignement dans les axes du tronc commun (semestres S5 à S12) :

  • Infectiologie et immunologie vétérinaires
  • Sciences cliniques des animaux de compagnie
  • Sciences cliniques des équidés
  • Sciences cliniques des espèces porcine, avicoles, cunicoles, aquacoles et espèces de la faune sauvage
  • Sciences cliniques des ruminants

Il s’inscrit également dans des axes de l’année d’approfondissement (semestres 13 et 14) :

  • Sciences cliniques des animaux de compagnie
  • Sciences cliniques des équidés
  • Sciences cliniques des animaux de production

L’enseignement de la parasitologie vétérinaire à VetAgro Sup – Campus Vétérinaire de Lyon

Au vu du référentiel de diplôme et du projet d’établissement, on peut diviser l’enseignement de la parasitologie vétérinaire pour les étudiants vétérinaires en fonction des publics concernés : un enseignement de tronc commun polyvalent devant préparer l’étudiant à toutes les filières professionnelles et un enseignement d’approfondissement fonction des choix professionnels des étudiants, la finalité générale étant de former des vétérinaires praticiens compétents dans les différentes disciplines.

L’approche pédagogique privilégiée est une approche combinée comme décrite par Eckert (Eckert. 2000. WAAVP/Pfizer award for excellence in teaching veterinary parasitology : teaching of veterinary parasitology – quo vadis ? Vet. Parasitol. 88, 117-125).

Pour le tronc commun, il semble important de donner un socle de connaissances solides et durables avant de pouvoir raisonner sur des mises en situation. En effet l’apprentissage du raisonnement clinique ne peut se faire que sur la base de connaissances sur lesquelles on puisse raisonner. Ainsi, la première partie de l’enseignement de parasitologie vétérinaire s’effectue avec une approche purement disciplinaire pour la parasitologie générale et d’enseigner celle-ci au même titre que la virologie ou la bactériologie générale. C’est dans cette optique que se placent les 2 Unités d’Enseignement en 1ère année (S5 puis S6) : UE Biologie parasitaire, entomologie et mycologie et UE Helminthologie et protozoologie. Dans le cadre du tronc commun, la parasitologie médicale par espèce hôte est ensuite soit développée dans le cadre d’une Unité d’Enseignement propre pour les espèces le permettant (UE Maladies parasitaires des ruminants et UE Maladies parasitaires des carnivores en 3ème année) ou intégrée à des Unités d’enseignements plus larges (cas des maladies parasitaires des équidés par exemple). Concernant les mises en situations professionnelles, elles sont réalisées principalement dans le cadre des consultations du CHEVAC.

Pour l’enseignement d’approfondissement, la parasitologie est concernée pour chaque filière d’approfondissement sous forme de Conférences ou de Travaux Dirigés.

Les commentaires sont fermés