Principales méthodes utilisées au laboratoire d’analyse

Coproscopie

La coproscopie simple est l’examen qualitatif des excréments au miscroscope. Elle vise à détecter la présence de parasites ainsi qu’à les identifier. Cette technique permet la détection et l’identification de différents stades parasitaires présents dans les selles (adultes, larves, oeufs) sur la base de clés de détermination et/ou de tests complémentaires comme des colorations ou des méthodes de copro-antigènes.

La coproscopie Mac Master est une méthode quantitative. Elle consiste à compter les éléments parasitaires présents dans un volume donné de suspension de matières fécales en utilisant une lame spéciales comportant une chambre d’analyse.

La coproscopie Baermann est une méthode qualitative et permet de concentrer et d’analyser seulement les larves vivantes dans des matières fécales fraiches, doù la nécessité d’utiliser des prélèvement très frais.

Sérologie

La sérologie consiste à mettre en évidence la présence d’un pathogène par le biais des anticorps produits par son hôte. La présence d’anticorps spécifique de ce pathogène atteste que le système immunitaire de l’animal a été en contact avec lui à un moment donné. On dit que l’animal est séropositif dans ce cas, ou séronégatif dans le cas contraire. L’interprétation des résultats sérologique doit tenir compte du test utilisé (ELISA, IFI,…). Il s’agit d’une méthode indirecte dans la mesure ou l’on ne met pas en évidence la présence de l’agent recherché mais la présence et parfois l’intensité d’une réponse immunitaire contre lui.

PCR

Ce type d’analyse détecte la présence ou non de l’ADN d’un agent pathogène dans un échantillon. Ce test nécessite tout d’abord d’extraire l’ADN contenu dans l’échantillon puis de rechercher parmi cet ADN la présence de morceaux d’ADN spécifique de l’agent recherché par une méthode de biologie moléculaire.

Les commentaires sont fermés